LA ROSE - 2ème partie - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

LA ROSE - 2ème partie

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES

               « Nous sommes les roses, dirent les roses.
                           Ah ! fit le petit prince ....
                       Et il se sentit très malheureux.
                           Sa fleur lui avait raconté
          qu ‘elle était la seule de son espèce dans l’univers.
Et voici qu’il en était cinq mille, toutes semblables dans un seul jardin ».
                                                     Antoine de SAINT-EXUPERY (1900 – 1944)


Article 2 - Plantation, taille, soins de culture, maladies et parasites.

Plantation :
L'époque la plus propice s'étend du milieu de l'automne au printemps (novembre à mars).
Il faudra éviter de planter sur des sols gelés ou imbibés d'eau.
Orienter la nouvelle plantation pour que le rosier soit caressé par les rayons du soleil du matin
et non par les rayons enflammés de l'après-midi.
Une analyse de sol peut être utile : le pH optimal est de 6-6,5; si le sol est trop acide (<6) ou
s'il est trop alcalin (>7), il vaut mieux effectuer les corrections nécessaires.
Après avoir desherbé et répandu du fumier bien décomposé (8 à 10 kg / m²), on peut compléter
par un engrais à base d'azote, de potassium et de magnésium. En ajoutant de la tourbe et de
l'humus de feuilles, on obtiendra un sol à la structure nettement améliorée.
Un pralinage à la bouse et à l'argile contribue à la protection des racines.
Une mise en jauge dans du sable ou de la terre humide pendant maximum deux semaines si le
temps ne permet pas la plantation, une taille des tiges sur 3 à 5 bourgeons et les racines seront
légèrement épointées pour favoriser la reprise végétative.
Dans les régions à climat tempéré, on plantera le greffon au niveau du sol; en climat froid,
à 5 cm sous le niveau du sol.

Lithographies d'Anna Mason

Taille :
La taille est une cure de rajeunissement. Pour les rosiers antiques, elle consiste en un élagage
(léger raccoucissement des tiges) pour stimuler la production florale.
Une taille sévère diminue le nombre de fleurs, qui seront plus grandes.
Une haie de floribunda deviendra avec une taille légère, un "mur" de couleurs vives.
La taille d'été consiste à enlever les fleurs fanées pour éviter la maturation des cynorhodons.
Les tiges sont taillées au-dessus d'un bourgeon extérieur. Eliminer soigneusement les
sauvageons qui poussent sous le point de greffe.
Si on ne sait comment tailler, raccourcir toutes les tiges de 1/3 ; sinon conserver 4 à 8 tiges
d'un rosier buisson et éliminer les autres au ras du point de greffe.
Chaque tige conservera 2 à 5 bourgeons (5 pour les ramifications fortes).
Quant au rosier tige, tailler comme si la cime était un rosier buisson.
 1° - les rosiers qui refleurissent : les fleurs viennent sur le bois nouveau ;
 2° - les rosiers qui ne refleurissent pas (cas de beaucoup de rosiers grimpants) : fleurissent
       sur le bois ancien.
Les rosiers grimpants et les rosiers botaniques ne doivent pas être taillés la première année de
plantation, un léger étêtage suffit.

Lithographies d'Evelyn Binns

Soins de culture :
Sans fertilisation adéquate, aucun rosier ne saurait se développer, garder toute sa vigueur et
avoir une floraison abondante.
Paillage du sol : imite en fait les évènements naturels.
La couverture se compose de 7 à 10 cm de matières organiques : compost, tourbe, écorces
hachées (éviter les écorces de résineux, préférer les coques de cacao, par exemple).
On étend la couche en mars sur sol humide, après avoir désherbé et biné le sol pour l'aérer.
Deux binages sont nécessaires (au printemps et à l'automne) si l'on a pas effectué de mulching.
Irrigation : profonde (au moins de 20 cm), des arrosages fréquents et peu profonds rendent
les rosiers sensibles à la sécheresse. Elle doit être effectuée le matin, sans mouiller les feuilles.
Le manque d'eau rend les rosiers chétifs et peu florifères.
Protection contre le froid : Il ne faut rien prévoir jusqu'à -5° à -10°, sauf pour les rosiers
sensibles (hybrides thé et floribundas).
On peut y placer 20 cm de terre au pied avec éventuellement de la paille, qui seront enlevés
progressivement à la reprise de la végétation.

Maladies et parasites :
La lutte commence par la prévention, et en premier lieu en respectant les soins de culture, les distances de plantations, la fertilisation, le mulching, éviter de forcer la croissance avec des engrais car l'azote rend la plante sensible aux maladies.
Les variétés actuelles et beaucoup de variétés anciennes sont assez résistantes, alors que les rosiers miniatures sont plus sensibles.
les maladies cryptogamiques les plus répandues sont l'oïdium, la rouille et la maladie des taches noires.
Oïdium : moisissure blanche et farineuse sur les feuilles, bourgeons, jeunes pousse et fleurs apparaissant  par journées moyennement chaudes (15°C) et des nuits fraîches et humides (printemps et automne).
Lutte : Bayfidan spécial Garden tous les 10 à 15 jours.
Taches noires : les hybrides de thé, les polyanthas et les perpetuals sont les plus sensibles à cette maladie qui apparait par grande humidité à plus de 15°C. Détruire les feuilles tombées.
Lutte : traitement de Baycor EC tous les 7 à 10 jours en période de pluie.
Anthracnose du rosier : de grandes taches irrégulières, violettes à grises avec bord violacé marqué, apparaissent en périodes de fortes pluies, avec parfois une forte défoliation, surtout sur les rosiers miniatures.
Lutte : pulvériser avec Anthracol et supprimer les feuilles tombées.

Rouille :
au printemps des petites taches jaunes apparaissent sur la face supérieure des feuilles et de la poudre jaune clair sur la face inférieure. L'infection est favorisée par un temps pluvieux avec de fortes rosées ou du brouilard et des températures modérées.
Lutte : pulvériser avec Baycor EC tous les 8 à 10 jours et, à l'automne, tailler les parties touchées et les br^ler ainsi que les feuilles.
Pucerons : traiter avec Baycorthroïd EW ou Unden EC.
Tenthrèdes : morsures provoquées par des chenilles vertes à pointillés noirs sur le corps et à tête jaune. Elle apparaissent en mai-juin, puis les autres générations en juillet-août-septembre.
Lutte : pulvériser avec Baycorthroïd EW.
Tordeuses : les feuilles terminales des jeunes pousses sont unies ensemble par une fine toile. A l'intérieur, on trouve des larves de couleur vert clair ou brunâtres, longues de 1 à 2 cm.
Lutte : traiter avec Baycorthroïd EW.
Thrips : les infestations sont plus fréquentes dans les zones sèches, à la saison chaude, en bordure de routes et contre les murs. Les feuilles présentent de petites taches allongées sur la face sutérieure etrecouvertes de petits points noirs.
Lutte : traiter avec Baycorthroïd EW.
Cochenilles : Infestation dans les zones sèches et contre les murs. On distingue des écussons couleur marron sur les ramifications de 1 à 2 ans ou de petites coquilles blanches convexes et plissées de 2 à 4 mm.
Lutte : En hiver pulvériser avec Oliocin + Baycorthroïd EW et en été avec Unden EC.

Lucien Godeau   

La rose - article 3  
  - La fumure - les éléments nutritifs
  - Utilisations de la rose - bouquets, consommation, essence, pots pourris, confitures
  - Les variétés odorantes - dans les grimpants et buissons, les + parfumés
  - Les tailles - de formation et d'entretien
  - Adresses à visiter

 
Retourner au contenu | Retourner au menu