LE POIREAU - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

LE POIREAU

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES

L'humour et le poireau ont toujours fait bon ménage, ainsi les mots qui suivent nous sont-ils familiers :
-Le poireau s’accommode très bien du voisinage de l’oignon qui, dans certains cas, favorise son développement.
-Prendre le poireau adulte, bien ferme et barbu à souhait,
l’enfoncer par la tête de préférence dans des terrains vierges de toute culture, bien ombragés et humides.
Pour la petite histoire :
Cette plante potagère est issue d'une variété d'ail originaire du Proche-Orient, l'allium ampeloprasum,
" ail d'Orient " ou " Poireau des vignes ", abondant dans toute la région méditerranéenne.
Le poireau était très cultivé en Egypte. On le retrouve sur nombre de fresques funéraires :
il faisait partie des produits que l'on devait offrir aux divinités de l'Amenti, séjour des ténèbres.
La Bible nous en parle en retraçant l'exode des Hébreux dans le Sinaï.
Grecs et Romains connaissaient deux espèces : le " porrum capitatum " dont on consommait seulement le bulbe et
le " porrum sectivum " dont on utilisait plutôt les feuilles.
Celui-ci était réservé à la Rome des prolétaires ! Néanmoins, Martial conseille à ceux qui avaient consommé du poireau
de ne donner un baiser qu'à lèvres closes. Quant à Néron, il en mangeait pour avoir une meilleure voix.
Les Romains l'introduisirent lors de leur conquête de la Grande-Bretagne.
En France, il était fort estimé au Moyen Age. Il était surtout prescrit pour favoriser la diurèse, relâcher le ventre,
arrêter les éructations, combattre les " suffocations utérines ", augmenter le lait des nourrices et faire cesser les stérilités.
On s'en servait aussi pour toutes les formes d'affections respiratoires.

Nom botanique : Allium porrum    
Famille : Alliacées
Noms vernaculaires - on distingue :
 • Les poireaux de printemps (dits poireaux baguettes) : Bleu de Solaise, de Liège…
 • Les poireaux d’été : Gros long d’été, Jaune gros du Poitou, Premier, Géant précoces…
 • Les poireaux d’automne (moyennement résistants aux gelées) : de Genneviliers,
       Monstrueux de Carentan, Monstrueux d’Elboeuf…
 • Les poireaux d’hiver (très résistants au gel) : Géant d’hiver, Bleu de Solaise,
       Long de Mézières, Bleu de Liège, de Saint-Victor…

Identification : Plante vivace (bulbe), cultivée comme une annuelle. Sa rusticité varie selon les variétés entre -7 et -15°.
 Le poireau demande une terre humifère sans être imperméable.
 C'est un légume exigeant nécessitant un apport important de compost décomposé qu'il convient d'incorporer au sol en
 décompactant profondément (20 à 25 cm) sans bêchage, au moyen d'une fourche-bêche plantée à la verticale avec
 laquelle on exerce un mouvement de va-et-vient avant arrière.
Semis : Des semis échelonnés (fonction des caractéristiques des variétés) permettent d’avoir du poireau frais toute l’année.
 
Les poireaux d’été se sèment sur couches chaudes en janvier/février et sont récoltés en juin/juillet
 
Les poireaux d’automne (variétés précoces) se sèment en mars sous châssis ou tunnel froid. On pourra les récolter à partir
    du mois d’août et jusqu’en novembre.
 
Les poireaux d’hiver se sèment en pleine terre en mai pour une récolte de décembre à avril.
 
Enfin, les poireaux de printemps se sèment autour du 15 septembre directement en place. On éclaircira à 5cm.
    On pourra récolter de petits poireaux appelés poireaux baguettes en mai-juin de l’année suivante.
Repiquage :
 Beaucoup d'amateurs se procurent des poireaux à repiquer et passent directement à cette étape   
 Après le semis, suit le repiquage. Quand ils ont le diamètre d’un crayon, on arrache les plants. On les raccourcit à la serpette
 ou au couteau (groupés en petites bottes) en coupant les feuilles à 15/20 cm et les racines à 1 ou 2 cm.
 Laisser sécher les plants pendant environ 48 h à mi-ombre permet de les renforcer contre les attaques du ver du poireau ou
 encore de la mineuse.
 Avant la plantation, mettre les plants à tremper quelques instants dans un pralin (mélange de bouse de vache et d’argile).
 Cela facilite la reprise après la plantation.
 Afin d’obtenir de longs fûts blancs, planter les poireaux au fond d’un sillon profond de 15cm.
 On espace les lignes de 30 cm entre elles et les poireaux d'une dizaine de cm sur la ligne.
Culture :
 Arroser copieusement à la plantation. Dès la reprise, sarcler entre les lignes tout en comblant le sillon.
 Désherber manuellement sur la ligne. Butter largement  pour favoriser le blanchiment des fûts.
 Un paillage permettra ensuite de maintenir le sol frais tout en économisant l’eau et en empêchant les mauvaises herbes de se
 développer.   Une fois les plants bien enracinés, un léger enherbement entre les lignes  ne nuit pas à  la culture, bien au
 contraire (couverture naturelle du sol, biodiversité…).
 Arroser régulièrement et copieusement si le temps est sec : tous les 8/10 jours sans paillage; toutes les 2 ou 3 semaines,
 voir moins souvent, avec paillage.
Buttage :
Butter les poireaux contribue à les ancrer toujours plus profondément dans le sol.
Cela permet de faire blanchir leur fût privé de lumière. C'est aussi le meilleur moyen de désherber efficacement la plantation.
Butter permet aussi de limiter les apports d'eau en cas de fin d'été sèche.   Il est intéressant ensuite de les pailler relativement
épais, avec de la paille de céréale ou des déchets de tonte.

Maladies et ravageurs :
 Maladies :

 • La rouille du poireau
sévit lors des automnes pluvieux. Mais gare aux excès
     d’engrais azoté et aux plantations trop serrées où l’air circule mal !




 • Le mildiou du poireau
frappe lors d’un hiver doux et humide, le feuillage blanchit
    avant de se dessécher et forme des taches jaunes, allongées sur les jeunes feuilles.
    Ce champignon peut séjourner plusieurs années dans le sol.
    En prévention, pulvériser une décoction de prêle ou de la bouillie bordelaise.




Parasites :
 • La mouche de l’oignon
pond l’été et par temps humide.     Seul l’arrachage est
    efficace.      En prévention, pulvériser une macération de feuilles de tomates ou de
    décoction de tanaisie ou placer un filet anti-insectes.

 • La teigne du poireau
se reconnaît aux feuilles minées et jaunies qui seront
    atteintes par la pourriture. Alterner les rangs de poireaux et de carottes !   
    On peut penser aux décoctions de tanaisie. Certains préconisent lors du repiquage,
    de faire tremper les plants dans une eau très légèrement javellisée.   
    La pose de filets anti-insectes en avril-mai et en juillet-août.

 • La mineuse du poireau
grignote les feuilles en descendant vers les racines.
    La larve de la mouche mineuse du poireau ressemble à un asticot de 6 mm.
    Lutter préventivement contre cette mineuse en posant un filet anti-insectes, ou un
    piège à insectes.
                                                                                                
Photos : INRA

Vertus du poireau :
C'est un légume qui possède tout ce dont nous avons besoin, il suffit de le découvrir un peu plus !
Ce légume vert et blanc, qui fait partie de la saison hivernale regorge de saveurs mais aussi de bienfaits pour notre santé.
C'est l'un des légumes de cette saison qui est le plus riche en vitamines. Il contient notamment de la provitamine A et de la vitamine C, mais aussi des antioxydants et du magnésium.
De quoi donner de l'énergie à votre organisme malmené par le froid et la fatigue.
On le recommande par ailleurs, aux personnes sensibles aux cystites et autres infections urinaires.
Gorgé d'eau, il stimule son élimination notamment grâce à ses fructosanes et à son potassium.
En outre, riche en fibre, il donnera un coup de pousse aux intestins paresseux.
Le poireau vous protégera également de certaines maladies. Des études ont démontré ses bienfaits dans la prévention de certains cancers et également sa protection du cœur. Les pectines qu'il contient aideraient également à réduire de manière significative le taux de cholestérol dans le sang.
Enfin, si vous êtes au régime, ne vous en privez pas ! Avec ses 90% d'eau le poireau a un effet rassasiant et apporte peu de calories avec ses 25 kcal / 100 grammes.
En un mot : cet hiver faites le plein de poireau !                                  Franz De Weerd

 
Retourner au contenu | Retourner au menu