Parc & jardins du Château de Court St Etienne - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

Parc & jardins du Château de Court St Etienne

Rubrique plantes > Reportages sites
 

Lors de la journée du patrimoine de ce 17 septembre 2017,
à l'invitation de MM. le Comte et la Comtesse Goblet d'Alviella
nous avons visité le domaine du Château de Court St Etienne.
C'est un patrimoine magnifique entretenu sans relâche
qui nous a émerveillé.
Nous vous convions à en découvrir quelques aspects.
Les descriptifs ci-après sont issus de la plaquette émise par nos hôtes à cette occasion

 

Le parc fait actuellement l'objet de nouvelles plantations suivant
des plans originaux et l'aide de Monsieur Benoît Fondu.   
Une collection rassemblant plus de 100 variétés de buis a été offerte
par des pépiniéristes de Boskoop, Hollande, pour fêter le millénaire.
On la découvrira en parcourant les sous-bois au delà du tennis.
Le château est devenu le siège de
l'Association Européenne des Buis et Topiaires.
Des travaux de remise en état des étangs et des berges, ainsi que le
drainage du Parc ont été réalisés ces dernières années.     
Le potager d'un hectare, entouré de murs, est traversé en son milieu
par une belle allée de poiriers et pommiers palissés. Les allées sont
bordées de buis taillés. Ceux-ci atteints par l'âge et les maladies ont
été remplacés par des variétés plus résistantes.
Déjà signalé sur des plans du treizième siècle, le potager est en cours
de rénovation en vue d'y rassembler une collection de buis, des
exemples de palissage de poiriers et de pommiers, des plantes
grimpantes et une variété de plantes qui se prêtent à l'art topiaire.
Les serres elles aussi ont fait l'objet de certaines rénovations
(ou démolitions pour trois d'entre elles).       
Le potager est devenu maintenant un jardin-potager où il fait bon
se promener entre les parterres d'entrelacs de buis, ou la gigantesque
broderie en forme de papillon qui a été réalisée
par Alexandre Vaxelaire selon nos dessins.
Les plantes mellifères qui le composent sont choisies dans le but
d'y attirer les abeilles et papillons. Il fait la joie entre autres
des passagers de mongolfières qui ne manquent pas de le survoler.
Légumes, fleurs à couper, fruits rouges et fruitiers en forme
topiaire sont l'attrait de ce jardin-potager.
La culture est entièrement biologique, aucun pesticide ou engrais
chimique n'étant utilisé.
Les images qui suivent sont dues à Alain Muset & Marc Urbain
que nous remercions vivement
Le défilement est continu et automatique



+






Le Château et ses terres ont échu de par son mariage avec
la Comtesse Coralie-Anne-Charlotte d'Auxy de Neufvilles, au Comte Louis-François-Magloire Goblet,
fils du Général Albert-Joseph, dans la 1ère moitié du XlXème siècle, le 8 octobre 1844 exactement.  
Le château actuel fut élevé en 1788, à côté de l'EgIise paroissiale St Etienne.
C'est en 1845 que la première partie du Parc, entre le Château et la rue de Tienne, a été aménagée,
tandis que la deuxième partie ne sera  aménagée qu'entre 1893 et 1897
par Eugène-Félicien-Albert Goblet d'Alviella.
C'est lui qui a ramené des essences d'arbres rares de ses nombreux voyages.
C'est aussi vers le milieu du XIXème siècle que la déviation de la Thyle et qu'un nouveau confluent
de la Thyle et de l'0rne fut réalisé au sein du Parc.
Le parc, de style paysager et forestier, situé dans un superbe site vallonné, a été créé par
le Général Goblet d'AlvielIa et transformé ensuite par le Comte Eugène Goblet d'Alviella,
selon un plan de l'architecte Vander Swaelmen père (Louis-Leopold) en 1890.
Le paysagiste renommé Sir Jules Buyssens, qui à l'époque fit de grands travaux tels que
le Long Fonds à la Hulpe, Libramont et Roumont pour le Baron Coppée, le parc Tournay-Solvay à Boisfort,
Gasbeek, etc..., travailla ici vers 1911.
Le domaine classé (depuis le 7 juillet 1976) de 30 ha possède une collection dendrologique remarquable :
une allée de Tilia x europaea, de beaux Quercus robur 'PenduIa', Catalpa, Taxodium distichum,
platanes (Platanus orientalis), Liriodendron tulipfera, Liquidambar,
un hêtre pourpre (Fagus sylvatica 'Atropurpurea') au coin du Château.
Près du Château, un Tilia petiolaris, pour sa circonférence, et un platane (Platanus orientalis),
pour sa couronne, sont répertoriés comme des records pour le pays.
Nous adressons nos vifs remerciements à nos hôtes pour leur accueil.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu