L'ORTIE - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

L'ORTIE

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES
 

NDLR

Que dire de cette plante qui nous suit partout où nous allons ?
Car en effet sa présence est très liée à l'activité humaine
compte tenu des déchets végétaux et décombres que
nous parsemons là où nous sommes.
Une plante intéressante à plus d'un titre tant on lui prête de qualités.


 

Ethymologie :
Le mot Urtica vient de urere qui veut dire brûler.
Il est à la base du genre et de la famille qui nous occupent ici.
          Les 2 espèces que l'on trouve sur notre territoire :
                Grande ortie         et              Petite ortie        
                Urtica dioïca                          Urtica urens    
Taille            0,50 à 1,50m                                0,15 à 0,50m
Piqûre                 vive                                    très vive à brûlante
Plante         dioïque - vivace                         monoïque - annuelle     
Feuille        + longue que large                  à peine + longue que large
Racines     rhizomes longs, jaunes           pas de rhizome : pivot comme la carotte
Une plante toute prête au milieu du printemps :  C'est la plante du sortir de l'hiver.
La meilleure récolte se situe de la mi-avril à la fin mai avant la floraison sur de jeunes pousses.
Plante reminéralisante :
Apports : de fer (+riche en avril), de silice, de calcium, de potassium, de phosphore,
de manganèse, de vitamine C, de protéines.   Une des plus riches en chlorophylle.
Plante médicinale, elle est dépurative, stimulante des fonctions et sécrétions digestives,
hémostatique et diurétique.









Utilisations : on peut citer :
-  en cosmétique : des recettes de lotion pour cuir chevelu contre la chute des cheveux, les pellicules ou les cheveux gras.
-  en phyto :  l'ortie en infusions (diurétique), en Teinture-Mère, en jus (carences en fer) ...
-  en cuisine : l'ortie en légume comme les épinards, mais aussi l'ortie en potage (voir recette "Côté cuisine") ou
                   l'ortie dans les omelettes, quiches, gratins ...
-  dans la culture : (ortie-culture) : le purin d'ortie ou lors des plantations de tomates (une poignée au fond du trou de plantation)
-  dans l'élevage : comme plante fouragère
Et voilà qui va en intéresser plus d'un (ou d'une) : les semences contiennent de la testostérone et seraient aphrodisiaques.
Par ailleurs, on pratique la flagellation du bas du dos et des cuisses avec des orties contre les rhumatismes ou pour augmenter la libido.
                                                                                                                                Franz De Weerd                                   

 

L'ortie et ses propriétés médicinales :

Loin de l'image véhiculée, mauvaise herbe envahissante,
l'ortie possède de multiples vertus pour l'enrichissement des sols.
Au-delà de ces qualités, l'ortie recèle également de propriétés
médicinales que nous avons résumées dans un paragraphe.



 


L'ortie est une plante que l'on trouve à travers le monde et pour laquelle il existe une trentaine d'espèces.
                             (sept en Europe dont quatre espèces en France et deux chez nous)
Famille : Urticacées  -
 En Belgique :
    1.- Urtica dioïca -   Noms communs : ortie rouge, grande ortie, ortie commune
     Elle peut atteindre 1,5 mètre de hauteur. Comme son nom l'indique , elle est dioïque, ce qui signifie que les fleurs unisexuées
     mâles et femelles sont situées sur des pieds différents. Elle est nitrophile, à savoir : espèce qui recherche les stations riches en
     azote et en particulier les endroits proches des habitations humaines où l'on retrouve des déchets végétaux ou des composts.
     Elle est aussi rudérale, c'est à dire qu'elle pousse volontiers dans des tas de pierres ou dans des décombres.
    Les tiges : sont quadrangulaires
    Les feuilles :
sont dentées, pointues et opposées 2 à 2 sur la tige.
    Les fleurs :
sont groupées, comportant 4 sépales et pas de pétale. Les fleurs femelles sont pendantes et toujours plus
     nombreuses que les fleurs mâles qui elles sont dressées.
     La pollinisation est anémophyle, elle est réalisée grâce au transport du pollen par le vent.
     La floraison a lieu de juin à septembre.
    Le fruit : est un akène qui se resème facilement pour donner de nouvelles touffes.
    Les racines :
sont traçantes en réseau et de couleur jaune orangé. Elles servaient à préparer une teinture pour la coloration
     des laines en jaune.
    L'ortie est urticante car : certains de ses poils dépassent les autres par leur taille. ils sont constitués d'une longue cellule
     aigüe, transparente, raide avec une paroi siliceuse et cassante munie d'une extrémité en crochet. L'intérieur, comme une
     ampoule de verre, contient un liquide riche en histamine et en acie formique (c'est l'acide des fourmis). Au moindre contact,
     le poil se brise et pénètre dans la peau et répand son poison. Celui-ci procure une allergie immédiate semblable à l'urticaire.
     Qui n'a pas fait connaissance un jour avec cette brûlante piqûre, en touchant l'ortie involontairement ?

    2.- Urtica urens - Noms communs : petite ortie, ortie brûlante, ortie grièche
     Pique davantage que la grande ortie, est beaucoup plus petite et est monoïque, c'est à dire que les fleurs unisexuées sont
     portées par le même pied. Ici par contre pas de racines en rhizomes mais plante pivotante comme une carotte.

 En France : On trouve aussi :
    Urtica pilulifera - dite l'ortie romaine car elle pousse en italie
     C'est l'ortie à pilules nommée ainsi parce que ses fleurs sont regroupées en petites boules à l'aisselle des feuilles.
     Elle préfère pousser le long du pourtour méditérranéen.
    Urtica subia - ortie à membrane. - C'est une ortie annuelle.
Noms communs comportant le mot ortie !
Toutes les autres plantes, orties à fleurs blanches, jaunes ou rouges qui se sont approprié le nom d'ortie sont des faussaires.
Ce sont des plantes de la famille des lamiers et elles ne piquent pas !
Il faut choisir !
La petite tortue, papillon nommé Vanessa urticae, pond ses oeufs sur les feuilles d'orties d'où sortent des chenilles qui en font
leur festin. Ce papillon n'est pas le seul : le paon du jour, le vulcain et l'écaille marte se partagent aussi cette pitance !
Vous ajoutez à cette joyeuse compagnie des pucerons, des punaises...
Si l'ortie est éliminée du jardin et surtout de ses abords, tout ce petit monde disparaît mais aussi les oiseaux qui s'en nourrissent.

Comestible : oui
C'est même une excellente herbacée à cuire. Au printemps, il faut ramasser les jeunes pousses (avec des gants) et les cuire après
lavage. Elle peuvent être cuisinées comme l'épinard ou en soupe. Louis XIV l'appréciait énormément.
Fanée elle perd son pouvoir urticant et elle devient une plante fouragère.
C'est une des plantes qui contient le plus de chlorophylle à raison de 1,5 gramme par kilo de feuilles fraîches.
Purin d'ortie :
Il possède de multiples vertus. C'est un engrais et un antiparasitaire, un insecticide et fongicide vivifiant.
Il est à préparer de préférence au fond du jardin à cause de l'odeur nauséabonde.
Pour 10 litres d'eau , il faut 1 kg de feuilles préalablement légèrement hachées. Mettre le tout dans un grand récipient et couvrir.
Laisser fermenter et mélanger chaque jour. La fermentation est terminée lorsque l'absence de bulles est constatée.
La durée est variable; par temps chaud, la fermentation est beaucoup plus rapide. Après cela, il faut filtrer le produit.
La partie solide peut être versée à la compostière. Le liquide lui est à conserver dans un endroit frais et dans des récipients opaques.
Ce produit, très concentré, est à diluer avant utilisation à raison de 2 L pour 10 L d'eau à épandre sur le sol autour des plantes.
Pour une utilisation sur le feuillage (jamais en plein soleil), il y a lieu de diviser cette dose par deux soit 1L  pour 10 L d'eau.
                                                                                                                     Alain Muset


 
Retourner au contenu | Retourner au menu