Les pucerons - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

Les pucerons

Côté ravageurs

Lutter contre les pucerons

N'épargnant rien ni personne, les pucerons sont un fléau pour le jardinier.
Puisant leur nourriture dans les plantes, ils provoquent des déformations aux feuilles,
inhibent la croissance et sont vecteurs de maladies.
Débarrassez-vous de ces nuisibles en suivant nos conseils.



Sus aux fourmis
  
Qui dit fourmis dit pucerons. Très friandes du miellat que ces derniers sécrètent en suçant la sève, les fourmis les mènent dans les
   branches des arbres et des arbustes où elles pratiquent l'élevage intensif.
  Le meilleur remède : c'est la traditionnelle bande de glu, à apposer à 80 cm du sol, et qui constitue un obstacle infranchissable.
   Vous pouvez également appliquer au couteau de la glu achetée en pot; c'est tout aussi efficace à condition de rajouter un tissu ou
    une corde qui empêchera trop d'écoulement vers le bas.
Insecticide
  Produits à privilégier :
Accordez votre préférence aux produits à base de pyréthrines naturelles, de deltaméthrine, de roténone
   ou d'acides gras (savon noir insecticide).
  Systémique ou de contact ? Si les pucerons sont bien visibles, employez un insecticide dit "de contact", qui comme son nom
   l'indique agit en touchant l'ennemi.
   Mais souvent les pucerons se logent sur le revers des feuilles ou même provoquent l'enroulement de ces dernières comme pour
   mieux s'abriter. Il faut alors recourir à
"un systémique" qui, en pénétrant la plante et en étant véhiculé par la sève, empoisonnera
   le puceron trop gourmand.
Purin d'ortie
  Le purin d'orties est une prépartion obtenue par macération de feuilles d'ortie hachées dans l'eau et utilisé en dilution.
  Il est assez efficace et tout à fait écologique.
    
>>> Pour une bonne préparation du purin d'ortie

Plantes anti-pucerons ?
  Certaines plantes sont réputées éloigner les pucerons.
  C'est notamment le cas de ...
  
• l'oeillet d'Inde,  • la menthe, • le thym, • l'absinthe, • la sarriette.
  N'hésitez-pas à les planter à proximité des cultures exposées.
  A l'inverse, il est bien connu que la capucine est un met de choix pour ces parasites.
  Ils la préfèrent à tout le reste et donc si vous consentez à les sacrifier... ?
Insectes anti-pucerons : les auxiliaires
  Ce mode de lutte biologique peut s'avérer une solution très performante ...
  
• aucune pollution, • aucun matériel nécessaire,
                              • pas de dégâts sur les plantes, • pas d'impact sur la période de récolte...

  - On trouve aujourd'hui à la vente des larves de coccinelles, qui dévorent chacune jusqu'à
     800 pucerons pendant leur transformation à l'état adulte (2 à 3 semaines).
     Ensuite, le rythme de croisière s'établit à 150 par jour : un redoutable prédateur !
  - Nouveau sur le marché, les larves de chrysope, encore plus voraces, qui peuvent éliminer
     jusqu'à 60 pucerons par jour pendant leur cycle larvaire, d'une durée d'un mois environ.

Pour finir...
Comme toutes les préparations chimiques ou naturelles, il ne faut pas conserver les solutions insecticides.
Leur efficacité décroît très rapidement, donc videz arrosoir et pulvérisateur après usage.
Ces traitements ne doivent pas être mélangés avec d'autres préparations. Donc dédiez aux insecticides un
pulvérisateur et /ou arrosoir à ces utilisations, ou bien rincez ces derniers abondamment avant de vaporiser
autre chose sur vos cultures.                                                    
Franz De Weerd
Sources : Au jardin - X. Gerbeaud

 
Retourner au contenu | Retourner au menu