Les grands voyageurs (1) - le 10/08/2014 - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

Les grands voyageurs (1) - le 10/08/2014

Botanique et histoire > LE VOYAGE DES PLANTES

Première partie    
NDLR                                                                                                                             

A quel niveau de connaissance de la botanique serions-nous aujourd'hui sans ces grands botanistes
aventuriers des siècles passés ?
Ces voyages au long court, suscités au départ par les besoins des hommes ont rapidement pris une autre
dimension avec la course aux épices.
Celle-ci marqua le début d’une longue série d’expéditions, de luttes et de rivalités qui furent source de
découvertes et de progrès.
Des aventuriers se lancèrent à la conquête du monde marin encore peu connu.
Ainsi, au 16e siècle, débutèrent les transports de plantes d’un continent à l’autre ramenant
en Europe de nombreuses espèces en provenance du monde entier.
Cela donna lieu à la création de jardins botaniques, permettant de réunir au même
endroit les nouvelles espèces découvertes.  
Une vingtaine de ces aventuriers sont cités ci-après avec l'histoire ou l'anecdote qui les caractérise.
                    
Quelques textes longs défilent en continu :
pour stopper provisoirement ce défilement, placer la souris dans le cadre correspondant.

Alain nous raconte ...

  André Thévet

  1510-1590

André Thévet - 1510-1590 - Moine franciscain.

Voyageur impénitent, il fut envoyé comme chapelain dans une expédition sur Rio.
Il invente "la terre australe", continent paradisiaque où personne n'a mis les pieds,
et qui est sensé contrebalancer dans l'hémisphère sud
le poids de l'Amérique et de l'Eurasie.
Un indien de la contrée Tupinamba offrit à Thévet des graines ou un végétal,
nul ne le sait, du nom de "pétum".
Tout le monde trouve cette plante superbe pour embellir les jardins.
Elle fut donc utilisée comme plante ornementale.
De son côté, l'Ambassadeur de France à Lisbonne, un certain Jean Nicot,
s'était lui aussi fait offrir cette feuille que les indiens
des Caraïbes appelaient "tabac".
Nicot revient à Paris, avec dans ses bagages la poudre
torréfiée de ses feuilles.
Il prêtait à cette plante toutes sortes de vertus médicinales.
Il en offrit à Catherine de Médicis qui souffrait de migraines.
Catherine en prisa !
Fut'elle guérie de ses maux, on l'ignore mais en tout cas
le tabac fut lancé à la Cour.
Bien sûr, Thévet clamait que Nicot lui avait chipé sa découverte.
Le botaniste Jean Liebault baptisa la plante en question "Nicotana"
l'affaire était close.
En réalité, ce n'était ni une découverte de Thévet, ni de Nicot car
Christophe Colomb, sitôt débarqué sur la terre américaine
en 1492 avait déjà remarqué l'usage que les indiens
de l'île de Cuba en faisaient.


   Pierre Belon

   1517-1564

Pierre Belon - 1517-1564

Naturaliste, collectionneur et voyageur. Il rapporta d'Italie la prune "Reine Claude".
Il décrivit le "Platanus orientalis", platane de Chypre, introduit en 1550.
Son cousin le "Platanus occidentalis", platane d'occident de l'est des Etats-Unis est
introduit en Europe par John Tradescant en 1636.
Un hybride est né de ces 2 espèces : le "Platanus x acerifolia, probablement né en
Espagne ou dans le sud de la France vers 1650, c'est le platane de nos avenues.

Charles de l'Ecluse

    1526-1609

Charles de l'Ecluse - 1526-1609

Médecin et botaniste flamand, il fut aussi un grand mycologue.
Il est le créateur d'un des premiers jardins botaniques d'Europe à Leyde en Hollande.
Il décrivit et fut l'un des premiers à cultiver la pomme de terre ou plutôt la papas du Pérou.
Il introduisit le marronier en 1576, le jasmin, l'aralia, l'anémone et la tulipe venue de Perse.
Une tulipe porte son nom : Tulipa clusiona

   Jean Robin

   1570-1638

Robin Jean - 1570-1638

Apothicaire, arboriste et botaniste de 3 rois : Henry III, Henry IV et Louis 13.
On aimerait que ce fut Champlain, fondateur de Montréal qui rapporta de la Nouvelle France,
soit des bords du St Laurent ou des Appalaches, cet arbre ou ses graines, dans ses bagages.
Certains assurent que ce fut John Tradescant qui leur donna les graines,
toujours est-il que les Robin, Père et fils, se dépêchèrent de les planter
dans le jardin des Plantes de Paris.
Cet arbre, de la famille des papillionacées à fleurs blanches odorantes,
mellifères aux rameaux épineux et aux feuilles pennées, c'est le Robinia pseudoacacia.
Il existe toujours aujourd'hui 2 arbres de cette époque,
le premier au Square Viviani à Paris et le second au Jardin des plantes.


     Le Père
  Charles Plumier

   
1646-1706

Le père Charles Plumier - 1646-1706

Il dédia une plante originaire de Haïti, le Bégonia à Michel Begon.
Il décrivit parmi bien d'autres plantes, le cacao, le coton et la vanille.
Il dédia le magnolia à Pierre Magnol, à Léonard Fusch le Fuschia.
Ce même Fusch, on lui attribue
le nom latin de Campanula pour la campanule et Digitalis pour la digitale.
Ce choix fut confirmé par Linné.

    Joseph Pitton     de Tournefort

    1656-1708

Joseph Pitton de Tournefort - 1656-1708

C'est le pàre de la botanique française. D'abord jésuite (mais il jeta sa soutane aux orties),
il fut médecin et surtout botaniste.
Directeur du jardin du roi, il est l'inventeur d'un système de classification
bien plus clair et plus précis que ceux qui l'avaient précédés.
Il rapporta de son voyage au Levant un herbier de 1400 plantes, la plupart inconnues.

   Pierre Poivre

    1719-1786


Pierre Poivre - 1719-1786

Il créa le jardin des pamplemousses de l'île Maurice,
un des plus beaux jardins exotiques du monde.
Il brisa le monopole des épices que les hollandais possédaient
en multipliant le giroflier et le muscadier et en envoyant des boutures un peu partout.
Les épices : Qu'est-ce qu'une épice ?
L'épice en l'utilisant avec modération permet de rehausser le goût des aliments
comme le poivre, la muscade, la cannelle, la vanille.
A ne pas confondre avec l'aromate qui a rapport au parfum comme le thym ou le romarin.

  Michel Adanson

    1727-1806

Michel Adanson - 1727-1806

Lors de sa mission au Sénégal qui dura 6 ans, il fut le premier à décrire la Baobab.
Linné l'honora en donnant le nom latin Adansonia digitata à cet arbre.
Il récolta au Sénégal mille échantillons botaniques dont 300 plantes vivantes
pour le jardin du roi.
Il fut le premier à décrire le palmier à huile et les palétuviers
mais aussi
la gomme arabique, récoltée à la suite d'une incision sur le tronc d'acacias,
qui était déjà utilisée par les égyptiens pour les momies.
On l'utilise toujours dans l'industrie agroalimentaire aujourd'hui.
Il eut une fille, prénommée Aglaé qui aménagea l'arboretum de Baleine.
Elle fut un des membres fondateurs de la société nationale d'horticulteurs de France.
Aujourd'hui, ce parc est toujours dirigé par ses descendants.
On y trouve entre autres plusieurs Nyssa sylvatica, Sassafras albidum
mais aussi des Carya, Ovata, Tomentosa et Glabra.
On peut y voir un Cyprès chauve Taxodium distichum planté en 1822
qui dépasse les 40 m de haut.


6ème épisode, cliquez ici "Les grands voyageurs 2"           Retour page d'accueil

 
Retourner au contenu | Retourner au menu