Le calendrier - 3ème partie - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

Le calendrier - 3ème partie

Botanique et histoire > A PROPOS DU CALENDRIER
 

Sur le site Expressio.fr     on trouve l'origine suivante à l'expression :

"Remettre aux calendes grecques"
("Remettre à une date qui n'existe pas, donc qui n'arrivera jamais.")
Pourquoi cette date n'existe-t-elle donc pas ?
C'est sous Jules César, vers 45 avant J.C. que le calendrier romain est
réorganisé pour être en accord avec les mouvements connus des astres.
L'année de 365 jours et les années bissextiles datent de cette époque.
Les calendes désignaient le premier jour de chaque mois,
jour pendant lequel les débiteurs devaient payer leurs dettes.
Un peu plus loin vers l'est, les Grecs, eux, n'en avaient cure, et continuaient à
utiliser gaillardement leur méthode de comptage du temps, sans calendes.
Ce serait Auguste, à une époque où la 'Saint-Glinglin' et 'la semaine des 4 jeudis'
n'existaient pas encore, qui aurait le premier introduit les inexistantes calendes grecques

pour parler de la plus qu'hypothétique date de remboursement des débiteurs insolvables.


 

Extrait de l'Emission "Ces années là"
du mercredi 31 décembre 2014, présentée par Michel DUPONT
sur les ondes de Radio Stéphanie (102.90 FM) sous le titre :
"A propos du Calendrier"

"QUELQUES CALENDRIERS ORIGINAUX.   
Le calendrier grec : d’abord purement lunaire, utilise des mois alternés de 29 et 30 jours pour rester en accord avec les phases
de la lune. Malgré l’usage intermittent des mois intercalaires, il ne fut jamais parfaitement en accord avec le mouvement apparent
du soleil. Déjà en432 avant Jésus-Christ, Méton d’Athènes découvrit un multiple commun aux durées de l’année solaire et de la
lunaison. Il suffisait alors de répartir 7 mois complémentaires tous les 19 ans pour que le décalage n’atteigne plus qu’un jour au
bout de 320 années. Le cycle de Méton servit de base au calendrier athénien qui fut en vigueur jusqu’à la réforme julienne.
Le calendrier chaldéen : est un calendrier lunaire, corrigé de temps à autre pour éviter un trop grand décalage avec les années
et les saisons. Les mois ont alternativement 29 et 30 jours et la correction se fait par adjonction de mois intercalaires, sur
ordonnance du souverain, quand l’écart est devenu trop apparent. Cependant, l’usage du mois intercalaire semble avoir été très
irrégulier, ce qui rend très difficile l’étude de la chronologie chaldéenne.
Le calendrier musulman : est purement lunaire. Les mois comprennent 29 ou 30 jours et les années sont de 12 mois, et
comprennent ensemble 354 ou 355 jours. D’une année sur la suivante, l’année musulmane ainsi de 10 à 12 jours plus tôt chaque
fois. Le jour de l’an correspond au premier jour du premier mois. La fuite du prophète à Médine ou Hégine est célébrée le 1er jour
du 3ème mois. Le 9ème mois du Ramadan, est marqué durant toute la durée par un jeûne absolu entre le lever et le coucher
du soleil. Cette période qui est d’une grande importance dans la vie des peuples musulmans, se situe d’une année à l’autre à des
dates différentes de notre calendrier grégorien.
Le calendrier liturgique : comporte des calculs compliqués auxquels on donne le nom de comput ecclésiastique.
Leur but essentiel est la fixation longtemps à l’avance de la fête de Pâques que l’église a estimé devoir continuer à considérer
comme une fête mobile et dont la date est fixée par rapport à la première lune de printemps, de la même manière qu’était fixée
la Pâques juive.
Après bien des tergiversations et des conflits, le concile de Nicée, en l’an 325, a fixé la règle encore suivie actuellement.
Pâques est le dimanche qui suit le quatorzième jour de la première pleine lune de printemps au 21 mars ou immédiatement après.


LES SAISONS DU CALENDRIER.

L’hiver : (saison la plus froide de l’année.)  L’hiver astronomique dure du solstice d’hiver
(21 décembre) à l’équinoxe de printemps (21 mars) dans l’hémisphère nord. Sa durée est de 90
jours. L’hiver est donc la plus courte des quatre saisons. C’est toutefois pendant l’hiver que le soleil
est le plus rapproché de la terre, mais cette influence est contre balancée par le fait que les rayons
solaires tombent très obliquement sur la surface terrestre et que les durées du jour sont  beaucoup
plus courtes. Au 21 décembre le soleil entre dans le signe du Capricorne. Chez nous, à midi , sa
hauteur dans le ciel n’est que de 19°. L’hiver météorologique comprend dans l’hémisphère nord les
mois de décembre, janvier et février soit 90 jours. Cette période arbitraire correspond en effet aux
froids les plus intenses. Chez nous, le jour le plus froid est en moyenne le 12 janvier. Il est évident
que cette notion d’hiver ne s’applique pas aux latitudes polaires boréales où l’hiver dure d’octobre
à mai. Maints paysagistes se sont attachés à créer des vues de la campagne pendant l’hiver.
La personnification de l’hiver apparait sur beaucoup de monuments antiques. Dans la figuration
l’hiver apparait généralement comme un vieillard se chauffant à un braséro, allégorie de la vieillesse
et de la tristesse (statue de Girardon au parc de Versailles).



Le printemps : est la saison tempérée qui commence, dans l’hémisphère nord, à l’équinoxe de
mars et finit au solstice d’été le 21 juin.
Le printemps astronomique commence à l’instant où le soleil arrive au point d’intersection de
l’écliptique et de l’équateur, c'est-à-dire à l’instant où le soleil entre dans le signe du Bélier et finit à
l’instant où il sort de celui des Gémeaux.
Cet intervalle de temps représente une durée de 92 jours. Lorsque le printemps commence au
21 mars, les jours sont égaux aux nuits. Le printemps météorologique comprend les mois de mars,
avril et mai. Il dure 92 jours.  Au Moyen-Age, le printemps fut symbolisé par le travail des champs.
Les anciens ont représentés le printemps sous les traits de Flore, la déesse italique de la végétation
qui présidait à l’épanouissement des fleurs au printemps.
La déesse romaine est représentée couronnée de fleurs aux revers de monnaies ainsi que sur une
belle fresque de Stabies près de Naples.
La statue dite « Flore Farnèse », au musée de Naples, semble être une réplique de l’Aphrodite
grecque.

L’été : la saison est la plus chaude de l’année, débute au solstice de juin (le 21) et finit à l’équinoxe
d’automne le 22 septembre. Au 21 juin, le soleil quitte le signe des Gémeaux et entre dans celui du
Cancer. Au 22 septembre, le soleil sort du signe de la Vierge pour entrer dans celui de la Balance.
L’été astronomique dure 93 jours, c’est la saison la plus longue. Bien que la distance de la terre au
soleil soit plus longue au 21 juin, l’incidence plus grande des rayons solaires fait que cette saison est
la plus chaude dans l’hémisphère nord.
Chez nous, le 21 juin à midi, le soleil a une hauteur dans le ciel de 63°.
L’été météorologique comprend les mois de juin, juillet, août. Il dure 92 jours.
L’été est ordinairement personnifié par une jeune femme couronnée d’épis, tenant une faucille et
une gerbe, ou une corne d’abondance. Parfois ce sont les occupations de la moisson qui évoquent
l’été ou bien c’est Céres elle-même qui le personnifie.
Déesse romaine des moissons, Céres est une très ancienne divinité originaire de la Campanile.
Dans cette riche région agricole, la déesse prit très tôt la forme d’une divinité considérée comme la
créatrice des récoltes.



L’automne : astronomique est le temps qui s’écoule entre l’équinoxe de septembre (le 22) et le
solstice d’hiver le 21 décembre. La durée de l’automne astronomique est de 90 jours.
Depuis le commencement de l’automne jusqu’à la fin, les nuits, d’abord égaux aux nuits, sont en
décroissant dans l’hémisphère nord.
L’automne météorologique englobe les mois de septembre, octobre et novembre. Il dure 91 jours.
L’automne n’a été introduite dans les divisions de l’année qu’à une époque relativement récente.
Dans les temps anciens, on ne reconnaissait que trois saisons : le printemps, l’été, l’hiver.
Du reste, ces divisions dépendent encore des positions géographiques des peuples.
Les nations tout à fait septentrionales n’admettent même que deux saisons : l’hiver et l’été.
Le mode de division de l’année en trois saisons paraît remonter au temps de la vie pastorale,
alors que la belle saison se terminait à la rentrée des troupeaux pour l’hivernage.
C’est en automne que les travaux de l’agriculture sont les plus nombreux : fin de la récolte des
regains et d’un grand nombre de fruits, travaux de culture pour
les grains qui doivent passer l’hiver
en terre.

TRADITIONS DU JOUR DE L’AN.
Les étrennes :
remontent au temps des Romains, le mot «étrennes » viendrait de « Strénia », déesse de la force. Au 8ème siècle avant Jésus-Christ, des rameaux verts de la forêt sacrée qui lui étaient dédiée auraient été offerts au roi Tatius Sabinus pour le bon augure de la nouvelle année. La coutume pris de l’ampleur et, le premier jour de l’an, les Romains prirent l’habitude de s’offrir des rameaux, mais aussi des douceurs, des dattes, des fruits et des figurines à l’image de la déesse Strenia. Peu à peu ces présents firent place à de la monnaie sonnante et trébuchante, pour devenir ce que nous connaissons aujourd’hui sous la forme des étrennes.

S’EMBRASSER SOUS LE GUI
Le gui est une plante sacrée, considérée par les anciennes peuplades comme un symbole d’immortalité car, tel le sapin, il reste vert toute l’année. Les anciens lui prêtaient aussi de multiples vertus curatives et protectrices. S’entortillant autour des arbres dont il pompe la sève, le gui est symbole d’amour et de fertilité. S’embrasser sous le gui constitue donc une tradition ancestrale. Chez les gaulois, cela devait apporter bonheur, santé et prospérité pour l’année nouvelle. Cette coutume était même considérée comme une promesse de mariage pour les amoureux. Et si vous ne manquez pas à la tradition, n’oubliez pas de brûler le gui du nouvel an la nuit du 12 au 13 janvier. Cela vous assurera les bonnes grâces des Dieux.


 

Extrait de l'Emission "Ces années là"
du mercredi 31 décembre 2014, présentée par Michel DUPONT
sur les ondes de Radio Stéphanie (102.90 FM) sous le titre :
"A propos du Calendrier"

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu