HERBE AUX GOUTTEUX - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

HERBE AUX GOUTTEUX

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES
 

Aegopodium podagraria  appelée l'herbe aux goutteux
Le nom d’espèce podagraria (du latin podagra = goutte)
se réfère à l’utilisation thérapeutique classique
en tant que plante contre les douleurs de la goutte.
Il n’est donc pas étonnant que cette mauvaise herbe envahissante
ait été cultivée dès le début du Moyen Âge dans les jardins de
monastères et les jardins potagers pour ses propriétés bénéfiques.
On peut la retrouver en cuisine, mélangée dans une quiche ou un
potage, elle offre une saveur d’amande assez agréable et
permet de faire descendre l’acide urique.
Bien des mauvaises herbes peu appréciées de l’homme possèdent
néanmoins de précieuses vertus curatives, auxquelles on a recours
jusqu’à nos jours, avec toute l’estime qu’elles méritent,
également dans la médecine moderne.



 

Sus à l'herbe aux goutteux    par Alain Muset
Son nom latin : Aegopodium podagraria
Ses noms vernaculaires sont la podograire, l'aégopode, l'herbe de St Gérard, pied de chèvre, pied de bouc, fausse angélique mais surtout l'herbe aux goutteux.
Famille : des ombellifères.
Le nom général est une altération du grec AIX et AIGOS  "chèvre" et POUS
et PODOS "pied" et PODOGNA qui signifie en grec "goutte affectant les pieds"
Origine :
Elle est très répandue dans toute l'Europe mais aussi en Asie mineure, le Caucase, la Sibérie. Elle fut introduite en France au Moyen-âge où elle s'est naturalisée.
Son nom français explique son usage d'autrefois. On l'utilisait en effet en compresses pour le traitement des rhumatismes et surtout de la goutte.
Elle est indigène dans nos bois, nos talus, le long des routes, dans les friches, les décombres et elle colonise de plus en plus les jardins.
Elle est absente de la région méditéranéenne.
Plante vivace qui mesure de 50 à 8  cm de haut, il s'agit d'une rebelle capable de produire un réseau indestructible de rhizomes souterrains fins et ramifiés.
Certains jardiniers l'utilisent comme plante passe-partout et même comme bouche-trou mais elle se faufile partout et envahit tout.
C'est la variété à panachures vert-clair et blanc-jaunâtre qui sert à créer une tache claire dans les endroits couverts mais il convient de réfléchir avant de l'implanter dans son jardin car ensuite il sera trop tard.
Les tiges sont anguleuses et creuses.
La feuille comporte jusqu'à 9 folioles regroupées par 2 ou 3.
Elle fleurit de mai à août et ses fleurs sont des ombelles blanc-verdâtre.
Le fruit est un double akène.
La floraison a lieu si les conditions le permettent mais ce n'est pas une nécessité pour sa multiplication car c'est par éclats de racines qu'elle est championne.
Elle possède de petites racines presqu'élastiques dont le moindre petit morceau peut donner naissance à une nouvelle plante qui se fera un plaisir de se multiplier au grand désespoir de tout jardinier.








Petite histoire souterraine de ses racines
Tout d'abord, la racine s'enfonce à une certaine profondeur, qui apparemment est prédéterminée et nous échappe complètement, et elle se ramifie verticalement.
Certaines racines vivent à faible profondeur, presqu'à fleur de terre alors que d'autres s'enfoncent à un niveau plus bas (parfois même beaucoup plus bas).
Si les racines ne trouvent pas de concurrence et si le jardinier ne les dérange pas avec sa binette, sa fourche ou sa bêche, ou tout simplement si elles ne sont pas attaquées par un herbicide, ces racines peuvent se développer à l'infini. Elles peuvent ainsi occuper avec leurs consoeurs de très vastes surfaces.
Par contre, si la plante est dérangée en permanence, la racine profonde prend la relève et poursuit sa vie souterraine sans rien laisser voir de sa présence. Lorsque tout danger est écarté, que le jardinier est occupé à d'autres tâches et s'il n'y a pas de concurrence avec d'autres plantes à enracinement superficiel, elle se réveille et remonte pour occuper un nouvel endroit.
Cet acharnement à pousser et à déjouer tous les pièges pour sa destruction, s'appelle de l'intelligence végétale. Etonnant n'est-ce-pas !
Quasiment indestructible, elle résiste au désherbage manuel car il reste toujours bien un mini morceau de racine en terre, même avec un désherbant systémique, il faudra renouveler l'opération plusieurs fois sans garantie certaine de résultat.
                                                                                                    Alain Muset

 
Retourner au contenu | Retourner au menu