L'EPICEA - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

L'EPICEA

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES

Parmi les Picea, l'espèce la plus connue est notre sapin de Noël (Picea abies).
Oui, le sapin de Noël est en fait un épicéa !!
Arbre dédié à Artémis, déesse de la Lune et de la vie sauvage, protectrice des femmes qu'elle assiste
aux accouchements : l'épicéa est l'arbre de la naissance (tradition reprise avec l'arbre de Noël).
Robuste et fourni, bien équilibré de la base à la cîme, il possède des branches à fines aiguilles
se redressant lègèrement vers la pointe.
Arbre de Noël traditionnel, l' épicéa commun dispose d'une faible résistance à la chaleur.
La pousse est la plus rapide des arbres de Noël.
Il met 7 à 8 années environ pour atteindre la taille de 2 mètres.
Dans les années 50-70, il a été très prisé dans les jardins de particuliers.

Après lecture de cette page, vous pourrez lire l'histoire du sapin de Noël :

Famille : Pinacées                                   Origine : originaire du Haut Jura
Période de floraison : mai-juin                  Longévité  :  de 400 à 500 ans
Sol : qui ne déssèche pas trop                 Rusticité : très rustique
Moyen de dispersion :  par le vent            Multiplication :  par semis
Hauteur :
multiples formes allant du très compact ne dépassant pas 1 m.
                    aux arbres en colonne très élancée pouvant atteindre 30 m.
Feuillage : persistant, aiguilles de 15 à 20 mm de longueur
                                              (tombent au bout de 10 ans en moyenne)
Couleur du feuillage : du vert "sapin", au bleu métallique et même au doré.
Type de fructification:  fruit, cône allongé de 10 à 16 cm de longueur
                                                                      (pendant de la branche)
Culture : facile et sans entretien particulier

Inconvénients
En forêt, l’épicéa apparaît en dernier, car la germination des graines et les jeunes plants demandent une lumière voilée ainsi qu’une protection contre le vent et le gel.
Adulte, l’épicéa entre en concurrence directe avec les arbres qui jusqu’alors le protégeaient, en effet, il va (dans les lieux où il se trouve en grand nombre) participer à une profonde transformation du sous-bois :
    - en acidifiant le terrain par la présence de ses épines sur le sol
      (celles-ci se décomposent en 6 à 7 ans, alors qu'il faut un an
      ou moins pour la plupart des feuilles) ;
    - en polluant les eaux avoisinantes (rivières, lacs, nappes phréatiques)
      car lors des intempéries, l’eau de pluie ruisselle sur les aiguilles et
      récupére ainsi une partie de leur acidité. 8 à 12 gr. d’aiguilles d’épicéa
      par litre d’eau, suffisent pour tuer des vairons ;
    - en assombrissant le sous-bois par l’importance de son ombre.
Ces transformations ne sont pas sans conséquences sur le sous-bois.
La végétation va au fur et à mesure de la croissance des épicéas se raréfier
puis totalement disparaître, laissant la place à un tapis d’aiguilles stérile.
La vie animale est également perturbée, par la disparition du garde-manger
constitué par la végétation, tels que les arbustes et autres.
Même la vie en sous-sol est atteinte, les vers de terre sont en moyenne
25 fois moins nombreux que sous des chênes par exemple.








Qualités
Contrairement aux feuillus, il absorbe du gaz carbonique pour rejeter de l’oxygène (photosynthèse) tout au
long de l’année puisqu’il garde ses aiguilles.
Il fournit, grâce aux graines que contiennent ses fruits un garde-manger pour nombre de rongeurs et aussi
d’oiseaux et il est un abri pour les nids.
On lui prête des propriétés médicinales :
    - sa résine, sous forme d’emplâtre pour les maladies pulmonaires et les rhumatismes ;
    - ses bourgeons, rameaux et aiguilles en décoction comme toniques cardio-vasculaires .
Son bois, bien que peu durable, est élastique et résistant aux chocs.
Dans l'industrie :
    - Il est utilisé pour réaliser des charpentes, des pièces de menuiserie, des poteaux, de la pâte à papier,
      des mâts et des avirons pour les bateaux, …. ;
    - à partir du tanin contenu dans son écorce, on prépare les peaux ;
    - avec de jeunes arbres, chacun peut confectionner un superbe arbre de Noël.
Remarque
Très utile à l’activité humaine, il est cultivé intensivement sous forme de plantations en plaines.
Etant une espèce principalement de montagne, il ne serait pas responsable des problèmes
évoqués ci-dessus si l’homme ne l’avait pas implanté dans les plaines.


Comment le reconnaître
C’est l’un des arbres le plus simple à identifier :
    - le plus simple est de regarder la position des aiguilles sur le rameau.
      Sur l’épicéa, elles sont disposées en spirale (comme un goupillon), tout autour du rameau.
    - Une aiguille mesure de 15 à 20 mm de longueur,
est raide et son extrémité est légèrement piquante,
      a une forme quadrangulaire (4 angles bien sentis en la faisant tourner entre 2 doigts).
    - En arrachant une aiguille du rameau, son coussinet de fixation vient avec elle.
    - Le rameau, de couleur orange brun, a des protubérances dues aux coussinets de fixation des aiguilles.
    - Les cônes de l’épicéa pendent contrairement à ceux du sapin.
    - Jeune ou âgé l’arbre garde sa forme conique et pointue en tête.
    - L’écorce est difficilement identifiable car, comme celle de beaucoup d’arbres, elle subit une mutation tout
      au long de l’existence de l’arbre.

Son âge
Est facilement identifiable, sans le couper :
    - Chaque année, au sommet, il pousse un groupe de branches qui partent
      toutes d’un même endroit du tronc (appelé verticille)
      Il suffit donc de compter le nombre de verticilles et d’y ajouter 3 pour
      déterminer l’âge de l’arbre.
      Dans l'exemple ci-contre, cet épicéa est âgé de 6 ans (3 verticilles + 3).
                                                                                                      F.De Weerd     


 

 
Retourner au contenu | Retourner au menu