Classification des végétaux - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

Classification des végétaux

Botanique et histoire > SUJETS DE BOTANIQUE

Définition :
Taxonomie : on dit aussi taxinomie
                    Science des lois de la classification :
                    Classification des éléments concernant un domaine, une science …  
d'après Larousse

Très tôt, l'homme a été soucieux de classifier les éléments de son cadre de vie et il s'est trouvé au cours du
temps des personnages pour se consacrer à cette science qui a connu selon les époques toutes sortes de systèmes.
Cette science reste évolutive en fonction des remises en question que pose l'avancement des connaissances.
Carl von Linné (naturaliste suédois - 1707-1778) est considéré comme le père de la taxonomie moderne.
Il eut l'idée de nommer en langue latine chacun des végétaux (et des animaux) sous un seul nom, un bon
moyen de mettre tout le monde d'accord.
En effet, il est courant de trouver suivant les régions des noms communs (ou vernaculaires) différents pour
nommer une même plante (ex. noisetier, coudrier, avelinier...), et quelques fois à l'inverse le même nom
pour désigner des plantes totalement différentes (tout le monde connait la confusion géranium, pélargonium).
Linné élabora sa classification de base suivant l'ordre suivant :
               
Règne.... Embranchement.... Classe.... Ordre.... Famille.... Genre  et  Espèce
Evidemment il ne serait pas aisé (et utile) au quotidien de faire appel à l'ensemble de ces éléments.
C'est lui qui a élaboré dès le 18e siècle une nomenclature binominale (qui tient compte seulement du
genre
et de
l'espèce)
Ce nom latin, nous le retrouvons chez notre pépiniériste sur l'étiquette des plants que nous achetons.

En pratique :

                      Système qui utilise une suite de
2 noms pour désigner une espèce.                                

     - Les espèces (350.000) se regroupent en genres
     - Les genres se regroupent en familles (± 200)
     - Les noms des familles se terminent par «
acées » et prennent  la majuscule.

Exceptions : Certains utilisent (encore) quelques fois l’ancien latin, ce qui est regrettable  
     -  Exemples :  
Achillea millefolium (achillée millefeuille): devient en latin ancien  Millefolii
                           
Glycirrhiza glabra    (réglisse)               : devient en latin ancien  Liquiritae
     -  Heureusement cela reste marginal.

D’autres indications peuvent accompagner la définition de base :
    
- Le nom ou l’initiale du botaniste qui a découvert ou répertorié l’espèce et l’année de cette découverte
              
o Exemple : Allium cepa L, 1756   (dans ce cas : Linné en 1756)
    
- Les hybrides : croisements entre espèces (interspécifiques) indiqués par la lettre « x »
              o Exemple :
Salix x alba
     - Les sous-espèces : précisées derrière l’indication « subsp »
              o Exemple :
Allium cepa subsp sylvestris (de la forêt)
     - Les variétés : souvent  dues à l’intervention humaine indiquées par « var »
              o Exemple :
var flava
     - Indication qui concerne toutes les espèces d’un genre : (évité en phytothérapie) indication « sp »
              o Exemple :
Allium sp
     - Indication sur la provenance :
              o Exemples :  vulgaris = commun
                                  communis = fréquent
                                  officinalis = vient de officine
                                  sativa ou sativus = cultivé
     - Indication géographique :
              o Exemples : japonica = du Japon
                                 orientalis = d’Orient
                                 occidentalis = d’Occident
                                 europea = d’Europe
     - Indication sur la couleur :
              o Exemples : album ou alba = blanc
                                 niger = brun
                                 purpurea = pourpre
                                 rubra = rouge
                                 aureus = doré
                                 lutea = jaune
                                 coerulae = bleu
                                 maculatum = tacheté
                                 tinctorium ou tinctoria = qui colore
     - Indication sur l’aspect :
              o Exemples : majus ou major = grand
                                 maximus = très grand
                                 repeus = rampant
                                 procumbens = couché
                                 spinosa = épineux
                                 odorata = odorant
                                 foetida = fétide
                                 glutinosa = glutineux, gluant, visqueux
     - Indication sur l’habitat :
              o Exemples : hortensis = des jardins
                                 maritimus = de la mer
                                 arvensis = des champs
                                 campestris = des champs
                                 aquatica = aquatique
                                 palustris = des marais
                                 montana = de la montagne
                                 silvestris = de la forêt
                                 silvatica = des bois

Pour compléter : des indications sur la partie de la plante à utiliser peuvent figurer dans des articles de
                           médecine ou de phytothérapie

Finalement :  C'est moins compliqué qu'il n'y parait !
Franz De Weerd

 
Retourner au contenu | Retourner au menu