LE CHARME - Le Réveil Horticole

Aller au contenu

Menu principal :

LE CHARME

Rubrique plantes > ARBRES & ARBUSTES

Un peu d'histoire ...

Reconnu pour la dureté de son bois,
les romains utilisaient le charme pour la construction de leurs chars,
il fut utilisé également par les pionniers américains pour les éléments d'attelage des boeufs.
Plus près de nous, avant le charbon et le pétrole,
le charbon de bois constituait le seul combustible disponible pour le développement de l'industrie.
Le charme produisait, avec le hêtre et le chêne, l'un des meilleurs charbons de bois.
Son utilisation ornementale s'est révélée dans les jardins à la française
avec les mystérieux labyrinthes de charmille de cette époque.
Le charme se prête en effet sans problème aux tailles sévères.
Dans nos jardins contemporains on le retrouve non seulement dans les haies,
mais également dans les décors de topiaires.


Charme commun
Famille :
Bétulacées
Période de floraison : printemps
Sol : normal, compost à la plantation
Acidité du sol : neutre
Utilisation : isolé, haie taillée ou libre
Type de plante : arbre
Feuillage : feuillage marcescent (?)
Multiplication : greffage (printemps),
semis en automne, bouturage (juin)

Nom latin : Carpinus betulus
Origine :
Europe, Ukraine
Fleurs : châtons jaunes et verts
Exposition : soleil, mi-ombre
Humidité du sol : normal
Hauteur : jusqu'à 25 m
Type de végétation : vivace
Rusticité : rustique
Taille : en juin et septembre
Plantation, rempotage : automne

Espèces : Le genre comprend entre 35 et 40 espèces dont :
- Carpinus betulus, appelé aussi "charmille"
- Carpinus betulus 'Columnaris' : petit et compact pour petits jardins.
- Carpinus betulus 'Fastigiata' (charme pyramidal) : adulte il atteint 15m sur 4.
- Carpinus betulus ‘Frans Fontaine’ : adulte il atteint 10 sur 3.
- Carpinus betulus ‘Pendula’ : (charme pleureur). Idéal pour les petits jardins.
- Carpinus betulus ‘Purpurea’ : jeunes feuilles pourpres, virent ensuite au vert,
                                          hauteur : de 12 à 15 m.
Plantation :
Le charme se plaît dans tous les sols, mêmes calcaires, à l'exception des terres sablonneuses.
Exposé au soleil, il conserve mieux ses feuilles en hiver.

Au jardin, on peut le trouver dans différentes utilisations :
  - isolé,
  - en bac,
  - en haie (le long d'une allée ou pour séparer des zones différentes ...),
  - et même taillé en topiaire.
En conteneur, il peut être planté toute l’année, hors période de gel et de
sécheresse. À racines nues, et notamment sous forme de jeunes plantes
pour former des haies, il faut le planter en début d’hiver, afin qu’il ait le
temps de bien s’installer avant l’été suivant.
Mais comme tous les arbres à feuillage caduc, l’hiver reste la meilleure saison
pour planter le charme avec le maximum de chance de bonne reprise.

Maladies, nuisibles et parasites :
Le charme est plutôt résistant aux maladies et aux parasites.

Taille :
Ne pas tailler avant 2 ans dans tous les cas afin de bien laisser s'implanter ses
racines.     Sauf pour les haies ornementales, il est préférable de le laisser
prendre sa forme naturelle.
Sinon il faut le tailler 2 fois par an, au cours de la seconde quinzaine de juin,
puis au cours de la seconde quinzaine de septembre.

F.De Weerd










Extrait du portail "environnement.wallonie"
2015 - L'année du Charme

Il fait partie de ces essences largement rencontrées dans nos régions.
Mais connaissons-nous vraiment tous ses secrets ?
Cette année, (re)découvrons le Charme (Carpinus betulus L.).
Ses feuilles entières, doublement dentées et légèrement gaufrées
le distinguent du hêtre avec lequel il est souvent confondu.
Son tronc court et cannelé à l'écorce lisse et grise élève sa large couronne à 10-15 mètres de hauteur.
Ses chatons floraux précèdent l'apparition des grappes de fruits ailés, dispersés au gré du vent.
En forêt, le roi du taillis :
Rejetant facilement de souche et supportant l'ombre,
le charme est exploité en forêts sous forme de taillis sous la couronne des arbres d'avenir.
Ses feuilles décomposées constituent un bon régénérateur de sol.
En outre, son bois très dur en fait un bois de chauffage recherché.
Isolé, en parc ou en prairie :
Laissé en port libre, la couronne du charme
peut atteindre jusqu'à 10 mètres de diamètre et 20 mètres de hauteur.
Son tronc court et cannelé lui donne, avec l'âge, une allure étrange.
De par son caractère indigène, il convient tout autant aux parcs paysagers
qu'aux recoins de campagne où il peut atteindre les 100 à 150 ans.
Dans les jardins, taillés artistiquement :
Le charme fait partie des essences historiquement utilisées pour l'art topiaire dans les jardins.
Sa croissance lente, sa ramification dense et son caractère marcescent
en font en effet un choix privilégié pour la création de structures paysagères vivantes :
taillé en haies, façonné en allées couvertes (charmilles) ou en toute autre forme incongrue.
Alignement, en variétés :
Sous sa forme botanique, le charme convient uniquement pour des alignements
sur des accotements ouverts ou dans un environnement naturel.
Par contre, les variétés horticoles qui en sont issues présentent
des qualités indéniables pour les allées urbaines :

croissance lente, port étroit, volume hivernal, couleurs et formes particulières

 
Retourner au contenu | Retourner au menu